Aux fêtes

Prochaine fête prévue en septembre 2017 pour l’inauguration de la Maison Commune !
En attendant, voici le récit de la dernière fête…

Samedi 24 septembre 2016 : Ecoravie inaugure le premier Bâtiment !

Quelle belle fête !

Près de la Maison de la Terre, la belle fanfare de Valence tout de rouge et de jaune vêtue, fait résonner ses cuivres et ses tambours avec enthousiasme et joie. Apparaissent alors trois marionnettes géantes aux couleurs éclatantes qui entraînent tous les amis et les curieux assemblés dans une déambulation joyeuse et musicale le long de la route de Nyons.

dsc_9762

Le cortège s’engage dans le joli chemin des demoiselles pour arriver sur le terrain d’Ecoravie : tout en haut se profile un magnifique bâtiment en bois.

dsc_9767

Avec surprise, on découvre devant nous, un grand trou carré où le public est amené à descendre, entraîné par la fanfare et deux pétillantes femmes clowns. Les clowns nous expliquent que nous nous trouvons dans la future « Maison Commune ». Le lieu où les habitants se retrouveront pour partager rencontres et activités, et où les voisins et amis seront conviés pour des moments de convivialité. Tous sont invités à se réjouir avec Madame Fil et Ciccina.

 

dsc_9782-1

Dans la foule, on peut rencontrer André Gilles, conseiller général, Christine Priotto, maire de Dieulefit, et plusieurs conseillers municipaux.

Il y a aussi des amis venus de très loin : Arras, Grenoble…

Après le divertissement joyeux, participatif et musical, un futur habitant, Fred, précise le sens de cette Maison Commune : partage et ouverture.

dsc_9820

La fanfare invite ensuite la foule à monter par un chemin joliment décoré, en partie par les enfants, jusqu’au bâtiment bois et paille, bioclimatique, passif à énergie positive, tout solaire, si bien isolé et conçu qu’il n’y aura pas besoin de chauffage.

dsc_9854

Sur de jolis gradins en bois, le public prend place. Vient le moment solennel où nos deux clowns ouvrent l’immense rideau rouge qui cachait la façade. Derrière, au premier étage, tous les écoravissants et leurs enfants sont réunis et saluent la foule en souhaitant la bienvenue. Belle émotion dans la foule, applaudissements, vivas…

dsc_9843-copie

Se succèdent alors une série de moments rieurs ou sérieux, orchestrés par les clowns et parfois la fanfare. La désopilante rencontre d’une pseudo-journaliste de CNN et d’une vieille voisine critiquant, s’étonnant, admirant ces gens qui s’installent au dessous de chez elle. Superbes costumes, humour plein de tendresse…

dsc_9848

Puis viennent les témoignages de 3 écoravissants, de 29 à 76 ans, qui expliquent leurs raisons de participer à un tel projet, la somme de travail et d’innovations que cela représente, les défis relevés. Un des derniers défis est celui de l’argent : comment dans un projet solidaire, intergénérationnel, où chacun contribue en fonction de ses possibilités, trouver l’argent manquant pour que les 3 autres bâtiments voient le jour. Le premier bâtiment s’est construit sans recours à la banque : grâce à une quinzaine de  prêteurs solidaires touchés par les valeurs portées par le projet et ses habitants et impressionnés par la qualité relationnelle qui se dégage de leurs rencontres, ont contribué par un apport financier de 700 000€  à l’achèvement de ce bâtiment.dsc_9860-1

Mme Priotto, maire de Dieulefit, parle ensuite des valeurs partagées par la commune et relie le souci (énoncé de l’importance) de l’éducation des enfants à Ecoravie à l’aventure pédagogique innovatrice de Beauvallon avec Marguerite Soubeyran.

Après une intervention finale des clowns, très appréciée, le public est invité à un apéritif où  sangria et délice au gingembre côtoient mille petits tapas délicieux confectionnés avec amour par les écoravissants. Belle ambiance avec enfants tous petits et grands, courant entre les tables ! Un arbre à souhaits permet à chacun d’écrire un vœu pour Ecoravie, pour notre société, pour la planète.

dsc_9880-copie

La visite d’un appartement témoin s’organise avec Jean-Michel Elzéard, l’assistant à maîtrise d’ouvrage bien aimé. Il subjugue tous les visiteurs par sa grande compétence, son enthousiasme, sa gentillesse…

Mais quand les musiciens commencent à jouer, la pluie se met à tomber en pesant bien ses gouttes : les écoravissants chantent leur chanson…sous une bâche ! Après la première ondée, Raph et Raffu nous présentent leur dernière composition, quatrième chanson d’Ecoravie, pleine d’humour et d’échos. Puis Orélie et Jade, 10 et 11 ans, entonnent avec talent une chanson intergénérationnelle « Super mamie » illustrée par les mimes évocateurs d’une des mamies  du groupe. Grand succès !

img_1225

Mais la pluie est de retour et beaucoup de visiteurs s’en vont, trempés sous cette attaque redoublée. Après quelques morceaux seulement, on renonce à Guanabana Groove, tristement…

Cependant comme Ecoravie ne renonce pas facilement à relever les défis, la sono et les musiciens sont installés devant l’appartement témoin et Guanabana Groove résonne dans tout le quartier. La fête et la danse continuent jusqu’à une heure avancée de la nuit !

Une fête très réussie, préparée avec amour et le signe de cette réussite : les grands sourires que l’on voit partout sur les photos.

dsc_9876

 

Et en vidéo

Vous pouvez partager cet article :