Culture vivrière à Ecoravie !

Les motivations des habitants sont diverses : mettre les mains dans la terre, faire pousser quelques légumes, des fraises, pour le plaisir, partager un lien à la terre avec les enfants, et aussi poser des premiers jalons pour tendre vers la résilience, l’autonomie…

En s’inspirant de notre groupe de travail « pilotage construction », nous avons créé en notre sein un « pilotage culture vivrière ». Ce groupe est en charge d’organiser la mise en oeuvre de la culture vivrière à Ecoravie pour tendre vers une « certaine » autonomie. Evaluer les moyens, les possibles, les ressources. Nous rêvons d’abondance !

Aller visiter et étudier des projets, y constater l’abondance ou non, rencontrer les acteurs locaux de la permaculture et du sol vivant, Oasis de serendip, BlueSoil. Au vu de nos disponibilités actuelles (3e bâtiment en cours, maison commune à venir), nous avons opté pour une formation en ligne de Permaculture design. Nous avons aussi eu la chance d’accueillir lors d’un CA, un visiteur avec une expérience professionnelle de 30 ans en maraîchage bio qui nous a donné plein de précieux conseils.

Pour nous y retrouver dans l’offre de formation, nous commençons par acquérir quelques connaissances théoriques, en refaisant le point sur nos bibliothèques respectives, déjà bien fournies.

Et en même temps, nous voulons apprendre par la pratique. Nous avons préparé 100m2 en plus des 60m2 du potager mis en place en 2017 suite à l’emménagement des habitants du premier bâtiment. Il s’agit de commencer au plus tôt à prendre soin de la vie du sol car c’est elle qui travaille pour nous : une couverture végétale pour passer l’hiver, du BRF sur les allées, épandre nos épluchures à même le sol en compostage de surface, tout cela pour créer de l’humus, capable de retenir l’eau, et de fournir à la vie du sol et à nos cultures ce dont elles ont besoin.

Forts de nos échanges avec ceux qui en savent plus que nous, nous avons organisé une journée collective « arrachage de chiendent » et « clôture à mouton » pour empêcher sangliers et chevreuils de venir saccager nos futures récoltes.

Prochaines étapes : travailler sur notre plan de cultures, et le calendrier, commander nos graines et faire nos semis. On se concentre sur le plus facile : engrais vert, légumes feuilles, tomates, courgettes, courges, etc.

La suite : expérimenter, essayer, échouer… ? Espoir tout de même de quelques réussites. En tout cas : les premiers pas sont posés !

Sans oublier les poules, avec un magnifique poulailler conçu et construit avec les bénévoles lors des derniers chantiers participatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *